La bombe Trierweiler : 600 000 € pour la tête de la République.

Valérie Trierweiler à Madagascar
Tout le monde en parle. Nous ne pouvions nous détourner du sujet. « Tout le monde en parle », mais tous en criant au scandale sur le mode de l’hypocrisie qui consiste à dédaigner les programmes TV populaires en jurant ne pas les regarder alors qu’ils font des scores records. @valtrier (son compte Twitter) reste quasi-muette et joue l’étonnement quant aux conséquences de son livre. « Merci pour ce moment » est un succès exceptionnel en librairie. Ce brûlot fera-t-il tomber Hollande ?

En préambule et par intégrité, nous précisons que nous n’avons pas lu son livre pour l’instant. Comme tout le monde ou presque, nous nous raccrochons aux wagons des extraits diffusés.

Trierweiler, la compagne embarrassante.

Valérie Trierweiler a 49 ans. Après des études à l’Université de Paris 1 et l’obtention d’un DESS, elle est embauchée à Paris Match par Roger Thérond en 1989. C’est là qu’elle rencontrera Denis Trierweiler, secrétaire de rédaction du même magazine. Elle l’épouse en 1995 et aura trois fils. Après son divorce, elle gardera son nom.

Elle aurait rencontré François Hollande vers 1988 dans un contexte professionnel. La relation sentimentale aurait débuté en 2005. Tout ceci étant assez flou, puisqu’à l’époque François Hollande était encore avec Ségolène Royal. La procédure de divorce avec Denis Trierweiller a été engagée en 2007. Déjà, une bien étrange intrigue qui nous a menées jusqu’à son apogée. La sortie du livre « Merci pour ce moment » qui fait tant polémique.

À boulets rouges : le médiocre concert de mauvaises louanges.

La « Valoche », comme il est coutume de surnommer les « Valérie », ne bénéficiait pas d’une belle image en France, cette fois-ci, elle concentre les crachats de l’intelligentsia qui la qualifie de tous les noms. Concert de gifles de dédain, sur cet ouvrage qualifié par certains de « bas niveau » ou de « caniveau ». Chacun essayant d’y trouver son bon mot pour se rehausser sur les marches de la hauteur d’esprit avec le ton « je ne mange pas de ce pain-là ».

Chez ces dames et messieurs de la jet-set de l’audimat français, le ton est donné  » je ne lirais pas ce livre ». Grand bien leur face, puisqu’après seulement deux jours, on parle de stock épuisé pour 200 000 exemplaires imprimés selon l’éditeur.

Philippe Bouvard, pas avare de bon mot dit : « non, je ne l’ai pas acheté, c’est ma femme qui achète les détergents ». Bon très d’humour, mais l’on notera l’aspect machiste de la remarque. Bernard Henri Lévy, que l’on entend bien peu sur l’Ukraine ou l’État Islamique lui qui est un si grand justicier des peuples opprimés devant l’Éternel dit « ce livre est d’une vulgarité insoutenable ».

Journaliste politique et culturel, elle est mouchée par Houllbeque récemment au Grand Journal de Canal Plus: « j’ai parfois lu ses critiques littéraires dans Paris Match que je trouve assez mauvaises ».

Et il suffit d’écouter les médias français pour témoigner de ce lynchage en règle. « Honte à cette femme qui exprime si fort sa vengeance de muf larguée », semble-t-il tous dire.

La gauche française est aux abois. Il n’avait pas besoin de ça. La droite UMP croit y trouver la preuve de ce qu’ils murmurent depuis longtemps sur le caractère du Président Français. Marine Le Pen se voit déjà présidente de la France et réclame la dissolution de l’Assemblée Nationale.

Doit-on y voir une fois de plus le décalage entre le peuple et ses élites ? Toujours est-il que l’ouvrage a au moins un mérite : celui de relancer les filières du livre et de faire le bonheur de nombreux libraires. Sauf celui qui, sur sa porte a affiché ne pas vouloir être la machine à laver le linge de Valérie Trierweiler. LOL.

Et si les femmes parlaient ?

Valérie Trierweiler, comme de nombreuses intellectuelles de sa génération, est sensible au combat en faveur de la femme et pour de l’égalité des chances entre les sexes. Son livre est-il une simple vengeance de femme vexée ou bien une démarche plus réfléchie au nom de l’information sur le mode « le peuple doit savoir » ? Ou encore, ne serait-il qu’une tentative de réhabiliter son image si mal en point leur de son passage à l’Élysée, avec un ton « ce n’est pas moi la vilaine, c’est lui le méchant » ?

Il est vrai qu’au vu des extraits diffusés, François Hollande ne joue pas son meilleur rôle. Ou plutôt, joue-t-il enfin celui du « président normal » dont il nous parlait au début de son quinquennat. Oui, on est dans la chambre du roi. On y apprend des anecdotes croustillantes comme seules les courtisanes peuvent en raconter. Oui, on l’image le François à poil traversant le salon et tentant une vanne sur les « sans-dents« , peut-être mal à propos, mais certainement issu d’un second degré (se moquant des qualificatifs des riches à propos des pauvres) qui serait mal placé au point d’être pris au premier degré. Un peu comme si on peut s’entendre dire une vanne du genre « on est pas des PD » pour ce moquer des gens qui osent se type de formule par conviction, mais que cette dernière sortie de son contexte vous soit reprochée par la suite.

Oui, dans l’intimité, chacun d’entre nous, n’est pas sous son meilleur jour. Tous, chaque jour, nous balançons des horreurs grossières à la maison. On se lâche, se sentant à l’aise et dans la décontraction. Si votre conjoint ou conjointe se mettait à publier ces mots, vous passeriez pour quoi ?

C’est bien là le danger et peut être l’erreur du livre. Pour le reste, soyons honnête, le livre a tout de même le mérite de jeter un regard de femme ordinaire sur un homme ordinaire… Qui gouverne la France. Pas d’bol pour Hollande, mais les électeurs ont le droit d’en savoir plus sur leurs dirigeants. Le droit d’avaler autre chose que les jolis tableaux d’agence de communication que l’on veut nous faire gober habituellement.

Bien évidemment, si toutes les femmes (ou conjoints) des politiques de ce monde se mettaient à faire la même chose, nous aurions une belle pagaille en perspective.

« Merci pour ce moment » le coup de grâce à Hollande ?

Ce n’est pas sérieux. On ne va pas d’un côté réduire ce libre a une malsaine petite vengeance de caniveau, et, de l’autre, dire qu’il est détruit ce président bien mal en point dans les sondages avec à peine 13% d’opinion favorable. Il en rajoute une couche certes, mais il ne résume pas à lui seule la pièce montée de mécontentement à laquelle Hollande doit faire face. Le Hollande bashing est de rigueur depuis quelques années. Le pauvre bonhomme, avons-nous envie de dire, dès qu’il bouge une oreille, tout le monde n’en voit que l’aspect négatif et en fait ses choux gras. Pas cool.

La politique moderne est ainsi faîte qu’elle est dévorée par un temps médiatique toujours plus court. Chacun d’imaginer qu’un pouvoir en place pourrait changer un pays ou le monde d’un coup de baguette magique. Tout, tout de suite. Ce qui, en temps de crise est totalement impossible, même au meilleur des hommes. Ce livre ne va pas l’aider, ne va pas aider la France, mais il n’est pas l’unique responsable. Pris à sa juste mesure, il est moins grave que ce secrétaire d’état obligé de démissionner au bout de quelques jours pour négligence fiscale.

500 à 650 000 Euros : une affaire de gros sous ?

Comme l’explique bien Le Figaro, dans le métier de l’édition, l’auteur perçoit environ 8% des ventes. La notoriété faisant le « environ« , cela peut aller jusqu’à 12% pour les volumes au delà de 100 000 exemplaires vendus.

Le livre est vendu en France 20 euros. Soit 4 millions de chiffres d’affaire si tout est vendu. Plus si les ventes vont au delà, ce qui semble être le cas. Calculette en mains, 480 000 euros de droits d’auteurs pour Valérie Trierweiler. Le Figaro estime le revenu global à quelque 650 000 Euros en comprenant une avance de 100 000 Euros. Calcul plus complexe, mais certainement juste.

Oui, c’est une somme. Mais ce n’est tout de même pas le salaire de Brad Pitt pour un film ou le revenu de certains chanteurs de rap. Là dessus, elle devra payer des impôts, et en France, c’est chaud pour les riches. Donc, ce qui lui restera effectivement sera autour de la moitié. Les caisses de l’état français, elles, se sentiront mieux… donc le président aura, sans le vouloir, contribué directement à la baisse de déficit de la France. Un bien comique retournement non ?

Doit-elle reverser cet argent aux bonnes œuvres comme certains le réclame ? Bof Bof. On dit tous çela, quand ce n’est pas notre argent. MDR. Cela fait toujours bien de donner de l’argent aux œuvres caritatives, encore faut-il savoir ce qu’ils en font… c’est un autre débat. De toute façon, cette décision lui appartient à elle seule. Nous n’avons pas à lui dire comment utiliser ces revenus.

Valérie Trierweiller à Madagascar

Valérie Trierweiller est arrivée à Madagascar ce matin. Elle restera chez nous une semaine. Le but n’est pas connu selon TF1. Elle a voyagé en compagnie d’un photographe indépendant. Elle est arrivée à 3 heures 59 ce samedi 6 au matin en vol classe Club Air Madagascar, selon ipreunion.com. « Aucune précision n’a été donnée sur l’objectif de son séjour, mais la réservation de son billet d’avion d’un montant de 3 248 euros, a été effectuée dans une agence de voyages du Nord de la France par le groupe Lagardère Active. Paris Match, le journal où travaille Valérie Trierweiler, appartient à ce groupe.« 

Le photographe indépendant n’est autre que Corentin Fohlen qui a reçu le trophée de la photographie de l’année. Madame Trierweiler devrait partir en province. Son retour en France est prévu pour le samedi 13 septembre.

On se demande bien le but de ce voyage dans notre pays. Nous en saurons plus sans doute dans les prochains jours. Nous ne manquerons pas de vous en tenir informé. Toujours est-il que son livre peut aussi être interprété comme un droit de réponse, en rapport aux attaques médiatiques auxquelles elle a dû faire face durant son passage à l’Élysée. En cela, on ne peut lui en vouloir. En rajouter sur la débâcle a une vague odeur de lâcheté. Rappelons qu’elle bénéficie d’une riche et rare expérience du journalisme politique et de toutes ses méandres sombres. Cette femme n’est pas une ado qui balance un livre de 320 pages, juste pour le plaisir malsain de nuire à son ancien mec.

 

Authors

Related posts

*

Top