Attentat Charlie Hebdo : l’abominable trait du maure.

Charlie Hebdo

Nous sommes tous sous le choc. À cette heure (17h51 heure de Madagascar) déjà 12 morts et 4 blessés graves victimes de la barbarie, du fanatisme et de l’obscurantisme. Des meurtres ciblés et de sang froid qui ont coûté la vie à 4 caricaturistes de renoms, un économiste, deux policiers… le décompte macabre marque l’horreur du drame.

Le massacre : une mauvaise caricature d’Islam.

De 11h00 à 11h30, deux hommes cagoulés forcent l’entrée de la rédaction de Charlie Hebdo. Ils parlent un français impeccable, crient « Alah Akbar », se réclame d’Al Kaïda, et demande les noms des gens présents (selon plusieurs témoins). En partant, ils abattent sauvagement un policier et prennent la fuite dans une Citroën noir C1. Déjà douze morts dont deux policiers et des célébrités comme : Georges Wolinski, Stéphane Charbonnier (Charb), Bernard Verlhac (Tignous), Jean Cabut (Cabu) et ainsi que l’économiste  et chroniqueur Bernard Maris. La liste risque malheureusement de s’allonger. La police parle de trois hommes armés de Kalanichnov et d’un lance-roquette.

On cherche les mots pour dénoncer l’horreur. Ils sont morts pour un coup de crayon. Un trait d’humour. Des dessins de Mahomet considéré par ces bourreaux comme une offense. On meurt dans le monde pour une caricature ! On massacre au nom d’un dieu. Mais de quel dieu s’agit-il, qui autoriserait cela ? S’il en existe un qui serait à la manœuvre de pareils actes de barbarie, il mérite plus qu’une caricature moqueuse pour sortir de la tête de ces lâches.

Les réactions pleuvent et celles de hauts dignitaires de l’islam européens en tête. Nous citerons celles de Tarid Ramadan sur Twitter : « NON ! NON ! NON ! Contrairement à ce qu’ont apparemment dit les assassins dans l’attentat des bureaux de Charlie Hebdo, ce n’est pas le Prophète qui a été vengé, c’est notre religion, nos valeurs et nos principes islamiques qui ont été trahis et souillés. Une condamnation absolue et une colère profonde (saine et mille fois justifiée contre cette horreur !!!...« . Le ton est donné.

Tous unis contre la barbarie.

Si le but de ses assassins étaient de faire taire des hommes au talents immenses, ils l’ont réussi qu’une chose : rassembler tout le monde contre cette horreur. Les réseaux sociaux pleuvent de messages de soutien et d’indignation. Le hashtag #CharlieHebdo est prie d’assaut sur Twitter. Des dizaines de pages Facebook JE SUIS CHARLIE sont nés et rassemblent des milliers de membre. Les hommages essaient d’être à la hauteur du drame. Entre larmes et colère, nous sommes tous révoltés et orphelin.

Oui orphelin, car on pleure Wolinsky ou Cabu qui nous ont tant fait rire. Ce rire doué et courageux qui s’inscrit dans la droite ligne des donneurs d’alertes, avec ce petit rien de libertaire si plaisant. Ils osaient avec intelligence et pertinence ce qu’on ne perçoit pas toujours.

Soyons libre : « dessines-moi un mouton »

L’œil reste candide face à cet acte odieux qui veut décapiter la liberté d’expression et la liberté de la presse. Au premier mot des chaînes TV, ce sont ces mots du Petits Prince qui me sont venus à la tête : Cabu… Dessines moi un mouton. Comme ne pouvant pas croire ce que j’entendais. Déjà de nombreux dessinateurs dans le monde ont griffonnés leur indignation en signe de soutien. Nous devons tous crier haut et fort notre révolte face à cet acte, partager les dessins des uns et des autres, ne serait-ce que pour montrer à ces sauvages que leur but n’est pas atteint. Bien au contraire, nous soutiendrons avec encore plus de rigueur la liberté d’expression et celle de la presse.

Pour notre part en signe d’hommage, nous publions une copie des principales caricatures publier par Charlie Hebdo qui mettrait en cause Mahomet. Et nous exprimons toute notre peine et notre solidarité vis à vis des victimes et de leur proche.

Cliquez sur les flèches de droite ou de gauchespour voir les autres caricatures…

 

 

 

Authors

Related posts

*

Top