Orange se paie Airtel.

Telecom : orange et airtel Afrique

L’annonce est officielle : l’opérateur télécom Orange vient de faire l’acquisition de deux filiales Barthi Airtel International en Afrique : Airtel Burkina Faso et Sierra Leone. Orange acquiert 100% des actions des deux sociétés et prend ainsi le contrôle de 275 millions d’euros de chiffres d’affaires consolidés.

Le montant de la transaction n’est pas précisé. 7,9 fois l’Ebitda (résultat d’exploitation avant impôts et charges) au 31 mars 2016. 5,5 millions de clients à la clef.

Airtel : vers un désengagement ?

Le groupe de l’indien Sunil Bharti Mittal affirme ne pas souhaiter se retirer l’Afrique, mais plutôt renforcer sa présence dans d’autres pays du continent. Avec l’Inde où il rassemble 25% des abonnés, Airtel est le troisième opérateur télécom du monde en nombre d’abonnés.

Mais l’opérateur est aussi lourdement endetté : prêt de 10 milliards d’euros ! Il a déjà cédé ces tours télécoms dans cinq pays (Nigeria, Rwanda, Ouganda, Ghana et Congo) pour un montant de 1,3 milliard de dollars.

Le modèle indien basé sur une forte externalisation aurait du mal à prendre en Afrique baissant considérablement les niveaux de profitabilité.

Airtel reste présent dans 15 pays africains et premier dans 10 d’entre eux. L’opérateur mise sur le développement d’internet.

Orange et sa conquête africaine.

Début d’année à l’offensive pour le géant français puisqu’ avec Cellcom Liberia, il acquiert pas moins de trois opérateurs sur le continent en moins de 3 jours ! Orange sera présent dans 20 pays africains sur 54. « Près d’un Africain sur 10 sera un client d’Orange. Sachant que ces trois nouveaux pays représentent 7 millions de clients supplémentaires », a commenté le PDG d’Orange, Stéphane Richard. L’Afrique représente 12% du chiffre d’Affaires du groupe, mais avec un potentiel de développement considérable. À titre d’exemple, pour les trois premiers mois de l’année 2015, le CA Orange Afrique et Moyen-Orient a été de 3,6 milliards d’euros.

Pour l’humble consommateur à Madagascar, ces grandes manœuvres de géant sont un peu lointaine. Nous voudrions simplement savoir si nous allons payer moins cher nos communications ou si nous aurons une connexion internet de meilleure qualité. L’Afrique, c’est la Guerre des Étoiles des titans des finances mondiales avec une motivation : un potentiel de développement considérable. Espérons que cela soit bénéfique.

Related posts

*

Top