Fanaiky, un trésor à part.

Fanaiky
Dans une période où Madagascar se voit démunie de la majorité de ses biens, d’autres trésors demeurent intarissables et ne désirent qu’à être délectés. Parmi le vaste milieu artistique malgache, une partie s’apparente réellement aux mines d’or : méconnu du grand nombre, pourtant apprécié des avertis. Des artistes exceptionnels, variés et riches en couleurs apportent leurs touches dans la palette sonore. On les révisera tour à tour. Aujourd’hui, le dernier des frères Solomiral, Fanaiky, un compositeur et un bassiste d’une habilité reconnue dévoile ses ingrédients à lui !

Les ingrédients.

Déjà, le menu s’étend à une cuisson d’une trentaine d’années… Car notre “chef” Fanaiky a plongé sa louche et son acuité dans la marmite dès l’âge de 13 ans (1983). C’est l’époque où il a monté son premier groupe de “rock” avant de rencontrer le bassiste de renom Tôty et ainsi forma leur groupe de trio avec Ndriana kely. Après quoi, il finit par intégrer le groupe familial “Solomiral” (1985). Un sentier très contrasté, du rock à la variété, mais puisant toujours dans notre folklore. En ce temps, motivé par son père, il ira jusqu’à descendre au fin fond de la brousse afin d’être en contact avec les véritables musiques traditionnelles des régions où il a grandi (Ambatondrazaka, Toamasina…). Entre temps, il s’intéresse un peu plus à la guitare basse (4 cordes, 5 cordes, 6 cordes).

 

Melogasy.

À partir de 2003, Fanaiky – en parallèle avec ses diverses collaborations et son implication avec ses frères Solomiral (traduction littérale : les frères Solo) – s’investit en son propre laboratoire. Il officialise sa démarche individuelle à travers les brouillons de Melogasy. Un album qui ne verra le jour que trois ans après, avec une multitude de contribution d’artistes malgaches issus de nombreuses couleurs musicales : Din Rotsaka ( salegy môtro), Bakomanga (folklore), Jaojoby (salegy), Dama (folk), Nicolas Vatomanga (jazz), Silo, Ricky,… Melogasy se résume à une toile dont la composition se départage en diverses singularités locales mais qui se rejoignent à une profonde expérience musicale.

Fanaiky

 

Et la suite…

Après Melogasy (2006), Karibo live (2010), Goma (2011) et Bas s’Vav (2013), Fanaiky explore ses champs d’ouvertures – entre folklore, jazz, blues, world music, il multiplie ses collaborations avec des artistes comme les soeurs Njava, Saramba, Bim,… Exceptionnellement, pour la création de Bas s’vav, il accorde une importance particulière à une formation très jeune. Les musiciens qui l’accompagnent sont à peine connu du grand public : Haritanjona (percussion), Anajaniony (saxophone), Njaka Rakotoniaina (clavier), Juda (rappeur), Joyce Makoa et Angie (chanteuses),… Depuis deux ans, avec l’implication importante de Zaka Randriamboavonjy (ingénieur électronique), Fanaiky est parvenu à la création d’une guitare Fender jazz basse très personnalisée, “Fanaiky project GR 55“. Une guitare multi-effet et multifonctionnelle capable à elle seule de remplacer tout un orchestre.

Le Fanaiky Quartet fait son chemin dans les pubs de la capitale. A ne pas rater : un moment unique avec un bassiste ultra-doué.

 

Authors

Related posts

*

Top