Ravalo et Trump, le big fake

Marc Ravalomanana et Donald Trump

La photo fait le buzz. Marc Ravalomanana serrant la main de Donald Trump. Rien de moins ! Beaucoup ont compris le trucage, mais d’autres s’accrochent à l’info, n’hésitant pas à se montrer virulents quand on leur parle du subterfuge. Nous avons fait le point sur le sujet, histoire d’y voir plus clair. Enquête.

S’accrocher à Trump : une bien étrange stratégie

Il semblerait que les équipes de com’ de Ra8, ou lui même, veulent absolument nous faire croire qu’il serait un proche du nouveau président des États-Unis et dans ses petites faveurs. Elles laissent courir des infos, publiées dans la presse, affirmant que « de sources bien informées », leur leader est invité à l’investiture du virulent numéro 1 des USA. Il serait même parti au State depuis le 12 janvier environ, en quasi voyage officiel, histoire de montrer à tous qu’il est toujours très attendu dans les grands évènements internationaux, alors que d’autres, présidents en exercice ou prétendant, ne le sont pas. Eux n’auraient pas leurs entrées.
La stratégie est quelque peu grossière, car les relations entre les nations sont avant tout réglées par la diplomatie et son éthique précise. Aucun chef d’État sérieux ne ferait l’affront d’invité une personnalité politique d’opposition, prétendante au pouvoir, contre le président en exercice et ses officiels, fût-il un ancien président. Ce serait de l’ingérence et une faute diplomatique grave.
Nous rappelons que, dans le cas de l’investiture officielle Trump, de très nombreuses personnalités ou chefs d’État n’ont pas voulu y assister. La France, par exemple, n’enverra aucune délégation, conformément à la nature de l’évènement apprécier comme un évènement national. On n’imagine pas que le président d’une nation puisse aller célébrer l’arrivée au pouvoir d’un président dans un autre pays. Cela tiendrait d’une subordination.

 

Faut-il suivre Trump ?

Les conseillers en communication qui distillent ces infos laissant à penser à un rapprochement entre l’ex-président déchu et le nouveau numéro 1 US, feraient bien d’y réfléchir à deux fois avant d’insister lourdement sur cette prétendue complicité.
Les plus grands chefs de gouvernement du monde ne se précipitent pas pour se montrer familiers avec le dirigeant américain. L’heure est plutôt à l’attente et aux salutations de bons usages. En langage diplomatique, ces félicitations de principe sont limites de la gifle. Tous craignent les retombés potentiellement catastrophiques d’un Trump qui annonce peu ou prou vouloir tout remettre en cause, façon éléphant dans un jeu de porcelaine. Les pires hypothèses sont déjà à l’étude dans les principales chancelleries de la planète.

Ne pas oublier que la vision de Trump est simple : les Américains d’abord. Le reste du monde devant se soumettre ou partir aux oubliettes. Il faut bien comprendre que, dans ce cadre-là, l’Afrique, et Madagascar en particulier, n’a aucune place dans le champ de la politique étrangère façon « Make America Great Again« .  Confère l’article de l’agence Ecofin. Il aura déjà beaucoup à faire avec Poutine, la Chine, le Moyen-Orient et Daech, ou la vieille Europe.
Certains spécialistes prédisent les pires conséquences de son accession au pouvoir. Mais laissons-lui le temps de se confronter à la réalité du pouvoir et nous verrons bien. Les dés sont jetés. La sagesse serait d’observer la plus grande prudence.

Marc Ravalomanana et Donald Trump

Ravalo serrant la main à Trump : le big fake.

Au départ, une simple publication sur les réseaux sociaux d’une photo montrant Marc Ravalomanana serrant la main de Donald Trump. On est tous tombés un peu sur nos fesses. La preuve était faite et le bon coup de pub bel et bien là. Déjà, de nombreux fans s’enflamment dans les commentaires. Mais, d’autres, plus malins, sentent la duperie. Jusque là, rien de bien grave, sauf que les jours suivent, et nous voyons encore des personnes partagées avec fierté cette image présentée comme la preuve incontestable de la puissance de Ravalo. Quand on a le malheur de dire avec un peu d’agacement qu’il s’agit d’un montage Photoshop, les coups pleuvent sur le mode « mais non !… Ravalo est bien invité par Trump… d’ailleurs il est au USA pour l’investiture« . Des journaux comme l’Express laissent planer le doute et même la page Facebook présentées comme officielle de l’ex prédisent montre une autre photo de ce dernier devant l’entrée de la Trump Tower à New York.

Après enquêtes, nous vous présentons les faits ci-dessous.

trucage Trump Ravalomanana

Voici comment a été réalisé la trucage avec le logiciel Photoshop.

  • la première trace de la publication de l’image Trump avec Ravalo a été trouvé – par nous – sur la page Facebook intitulée « Malagasy Tia Tanindrazana« . Page qui n’a apparemment rien à voir avec le journal du même nom, et qui serait une simple page d’un particulier inconnu. (voir copie d’écran en annexe). Elle a été publiée le 16 janvier 2017.

On peut supposer qu’elle a été trouvée ailleurs. La source n’est pas révélée. Rien ne permet d’exclure que ce ne soit pas qu’une initiative d’une personne isolée.

Un peu de sens d’observation  a rapidement alerté les plus fins :

  • l’étrange tête de Donald Trump, pas très sympathique.
  • la poignée de main à gauche ?? Pas très présidentiel.
  • la hauteur de Ravalo par rapport à celle de Trump, qui mesure tout de même 1,91 m de haut, alors que Ravalo doit en faire au moins 25 cm de moins.
  • le décor de fond de salle qui ne ressemble à aucune photo de Trump. Dans sa tour, c’est plutôt ambiance dorée et baroque.

Le montage :

  • La photo d’origine a été publiée sur la page  Facebook Marc Ravalomanana Ofisialy avec pour légende la visite par l’ex-président d’une université en Virginie.
  • la photo a été retournée horizontalement. Ce qui a donné cette étrange poignée de main gauche.
  • la cravate a été colorisée en rouge.
  • La tête du président US a été trouvée sur une photo de ce dernier que l’on trouve facilement en faisant une recherche « trump » dans Google. Vous la trouverez dans un article de la fondation Copernic.
  • détourée, elle a remplacé la tête du précédent personnage.

On reconnait d’ailleurs facilement la main et surtout le stylo dans la poche de la chemise de l’homme sur la photo originale.

  • Le recadrage a permis de supprimer la tête de l’étudiant black juste derrière l’homme original.

 

Ravalo devant la Trump Tower. L’autre photo.

Cette autre photo a été publiée le 17 janvier à 7:52 du matin sur le compte de la page Facebook Marc Ravalomanana Ofisialy. Elle présente Marc Ravalomanana devant l’entrée principale de la Trump Tower de New-York.

Nous avons fait des recherches, mais n’avons pas trouvé les originaux pour l’instant. Cependant, un coup d’œil rapide nous interroge : étrange cadrage et surtout, étrange blancheur de Ravalo qui ne correspond pas à la lumière générale de cette image.

La photo parue à la Une du journal de presse Tia Tanidrazana paraît plus crédible. S’il ne s’agit pas d’un montage, les deux photos ont été prises a peu prêt en même temps.

La Une du journal Tia Tanindrazana

On notera toutefois que la photo de fond de l’entrée de la Trump Tower ne ressemble pas à l’atmosphère que l’on peut y voir ces derniers jours. Comparez avec une photo récente tirez d’un célèbre journal new-yorkais. Ce ne sont pas du tout les mêmes policiers, tranquilles, les mains dans les poches.

Trump Tower

De toute façon, si passer devant la Trump Tower et s’y faire prendre en photo est encore permis – à vérifier – cela ne veut pas dire que l’on y rentre et encore moins que l’on a un rendez-vous avec Donald Trump en personne, qui a d’ailleurs un agenda ultra chargé ces derniers temps à préparer son investiture et pour rencontrer les grands de ce monde. Les vrais grands.

Ne tombons pas non plus dans la parano en voyant le mal partout. Si Mr Ravalomanana est à New York tant mieux pour lui. Il fait donc partie des centaines de  milliers de touristes qui veulent voir la Trump Tower espérant sans doute y apercevoir le président US.

De la même manière, il ira à titre privé à l’investiture, s’il y va, comme les 800 000 personnes attendues. Trump veut une grande fête populaire à défaut d’avoir des personnalités.

 

Le danger des fakes.

On ne le dit jamais assez : ne prenez tout au premier degré, vérifiez les informations qui circulent sur les réseaux sociaux ou certains sites ou journaux a l’esprit plutôt mal intentionné ou peu scrupuleux.
Le danger de ces manipulations de l’opinion, c’est aussi une décrédibilisation des journalistes sérieux et de l’information en général, sur le mode « tous pourri ». Et évidemment la domination des théories complotistes en tout genre. C’est un vrai danger pour la démocratie. La manipulation de l’opinion étant l’essence même des pouvoirs totalitaires.
Ceux qui sont à l’origine de cette campagne de désinformation dans la clan Ravalomanana risquent d’en être pour leur frais. La supercherie se retournera contre eux et leur candidat qui passera pour un grossier menteur, donc un personnage peu crédible pour reprendre les plus hautes fonctions de l’état. Ces adversaires sont bien sages de ne pas sauter sur l’occasion, mais sans doute n’ont-ils pas encore compris. Ou sont-ils eux aussi conseillés par de bien piètres communicants de pacotille.

Notre devoir est de dénoncer une telle opération préjudiciable à la sérénité du débat. Les élections approchent. Ça va chauffer.

 

Annexes.

Nous avons contacté par messagerie l’animateur de la page Malagasy Tia Tanindrazana et celle de Marc Ravalomanana Ofisialy pour leur demander pourquoi ils publiaient ces images. Ils n’ont pas dénié nous répondre.

Ci dessous, la copie d’écran de la page Facebook, sur laquelle nous avons vu le photomontage pour la première fois.

(cette première parution a été remplacé par une autre depuis ; même photo, mais autre présentation).

 

Related posts

*

Top