Attentat Antananarivo : une fête de l’indépendance meurtrie

Attentat à Antananarivo Madagascar

À cette heure-ci, tout semble un peu confus. Vers 19h15, entre les prestations de Jerry Marcoss et Stéphanie, a retenti une déflagration au stade Mahamasina au niveau du podium.

Selon les observateurs, le président Hery Rajaonarimampianina venait de quitter le stade depuis quelques minutes, lorsqu’un engin explosif a explosé. « C’est une grenade qui est à l’origine de la déflagration« , a déclaré à l’AFP par téléphone le général Anthony Rakotoarison, directeur de la sécurité et des renseignements de la gendarmerie. Les forces de l’ordre sur place auraient tiré selon des témoins sur place. Certainement des coups de sommation selon ces mêmes observateurs.

Le président s’est rendu à la HJRA vers 21h00 pour rendre hommage aux victimes. Son bureau déclare que, des individus ont été appréhendés le matin même autour de Mahamasina avec des explosifs.

Le bilan s’élèverait à 2 morts et 84 blessés. On parle de 3 blessés graves entre la vie et la mort.

Un autre bilan parle de 84 blessés et indique les noms des victimes décédés :

  • « RANDRIAMBOAVONJY Avotriniaina Augustin, 18 ans, demeurant à ANOSIBE MANDRANGOBATO II
  • RAKOTONIRINA Tovoniala Patrick, 16 ans, demeurant à ANDRAISORO lot III F 3 bis. »

(> cette dernière information est sous réserve de son auteur et sous sa seule responsabilité ; nous n’avons pas eu les moyens de la vérifier pour l’instant)

Aucune revendication pour l’instant.

L’acte odieux d’idéalistes déséquilibrés ?

Cette absence de revendication confirmerait la lâcheté de cet acte odieux et éliminerait la possibilité d’un attentat organisé par une organisation professionnelle de ce type d’horreur comme Daesh, par exemple. Ou toute autre mouvance islamique d’ailleurs. On peut supposer une action d’un groupuscule sans grande envergure, si l’on se fit aux déclarations de la présidence sur les individus interpellés le matin même. Que sont-ils d’ailleurs devenus ? Ont-ils été relâchés et pourquoi ? S’ils ont été arrêtés, on peut supposer que les autorités connaissent déjà les coupables et leurs motivations.

L’instrumentalisation d’un tel acte à des fins de politique intérieure, pour déstabiliser le pouvoir par exemple, serait totalement contre-productive et serait vouée à l’échec. Ce massacre serait une première depuis l’indépendance et ne pourrait rencontrer aucune une adhésion populaire. Quelles sont alors les motivations de ceux qui prémédités cet attentat ? Qu’espéraient-ils ? Comment se sont-ils procuré ces explosifs ? Si la déclaration du général Rakotoarison, qui parle d’une grenade, est prouvée… d’où provient-elle ?

Au-delà de l’émotion, il faudra se montrer prudent avant de lancer des conclusions trop hâtives ces jours à venir à ce sujet.

Nous nous associons à la douleur des familles et proches des victimes et présentons toutes nos condoléances à celles-ci pour les personnes décédées.

 

 

Related posts

*

Top