Sommet de la cacophonie : nos dirigeants ont-ils honte de nous ?

Francophonie Madagascar 2016

« Interdiction de téléphoner  avec son GSM pendant le sommet de la Francophonie pour ne pas risquer de saturer les réseaux afin de ne pas gêner les communications des vahinys. On étudie la même mesure pour internet : Madagascar privé d’internet pendant une semaine… » ahahahhaha… C’est évidemment totalement faux – et à prendre avec humour bien sûr  – mais à l’écoute des rumeurs qui circulent ces deniers jours, on pourrait s’attendre à ce type d’exubérance.

À 7 jours du début du sommet de la Francophonie, les potins les plus fous courent dans les rues. Journaux, réseaux sociaux, sites web d’information, blogs, discussions dans les taxi be… chacun y va de sa nouvelle interdiction « décrétée par le ministère »… « par la mairie »… « par la préfecture »… euuuhhh… par « je-ne-sais-plus-qui »… Quand on essai de trouver un texte officiel quelque part, c’est le grand vide. Rien sur les sites web gouvernementaux toujours en retard d’une longueur… Rien sur dans les réseaux sociaux ou même sur les blogs habituellement avides de publier la moindre photocopie « officielle ». Rien.

 

Délires, fantaisie et étrangetés en tout genre.

Parmi les nouveaux « décrets spéciales francophonies« , les rumeurs de taxi be – les plus dures qui soient – parlent d’interdiction de marcher avec des tongs ! ou mal habillé !! … En particulier bien sûr dans le coin d’Ivato. Ça paraît tellement énorme, qu’évidemment on ne peut pas croire à quelque chose d’aussi fantaisiste. Cependant, à l’écoute des autres rumeurs de mesures qui nous tomberaient sur la tête, on peut légitimement s’interroger sur le bien fondée de cette dernière.

Dans le genre, il y en a une, pas mal non plus : un maxi-pont pour tous les travailleurs ! Plus personne au boulot pendant la semaine de la francophonie. C’est sûr, cela devrait éviter de voir tous ces gens qui traînent dans les rues pour aller au boulot le matin ou en revenir le soir. 🙂 Un cache-misère qui risque de coûter cher aux entreprises et à l’industrie malgache, si mal en point après tant d’années d’instabilité.

 

La seule sûre… à ce jour (??)

Francophonie sera synonyme de vacances pour les bambins de Tana. Le ministre a fait les choses dans les règles. Du 22 au 27 novembre, les écoliers, collégiens et lycéens seront dehors pour profiter du soleil. Le ministère se perd dans des explications vaseuses sur un retour des vacances de la Toussaint. L’explication officieuse serait de diminuer les embouteillages pour que les officiels invités puissent circuler tranquillement. C’est sûr, en vidant les EPP, on devrait supprimer les embouteillages. 🙂

Pour rappel, les embouteillages sont dus à quatre choses principalement : les taxi-be qui s’arrêtent n’importent où, les charrettes, les marchands ambulants sur le bord de route qui obligent les piétons à marcher sur la route et le mauvaise état du réseau routier. Il est vrai que sur ce dernier point, c’est la fête. On a jamais vu autant d’effort depuis un mois dans les rues de Tana pour boucher les trous. Enfin ! Ça, on ne va pas s’en plaindre. Même si, là encore, les routes refaites sont uniquement celles sur lesquels nous chers invités vont circuler. Aller voir du côté d’Ivandry, c’est branle-bas de combat jusqu’à l’Ambassade de France. Arrivée Analamahistsy ou vers SabNam… tranquille, pas une pelle ou un tas de gravier en vue. On nous préserve nos fameux nids d’autruche dans leur plus superbe état.

Une autre pas piquée des vers : les panneaux publicitaires à l’aéroport auraient été supprimés sur ordre du ministère des Transports. Une notice de ce ministère aurait été envoyée à l’Adema, qui a œuvré d’arrache-pied pour faire couper ces panneaux. Quid des afficheurs. Quid des clients annonceurs qui ont payé l’emplacement et qui devront probablement repayer l’impression et la pose de leurs affiches. Comme si la pub, d’habitude plutôt considérée comme un signe de développement et de dynamisme, pourrait contrarier nos prestigieux invités.

 

Les décidées, voir décrétées… mais pas encore sûr.

L’interdiction de circulation des charrettes et autres pousses-pousses. Ah ! Celle-là, tous les conducteurs de voiture ou camion l’attendait. Il est vrai que, dans la série « la route est à nous poussez-vous que nous v’là », les charrettes à bras, ça nous tape sur les nerfs. Un peu de sans civique nous rendrait plus partageur : le tireur de charrettes a le droit de gagner sa vie comme tout le monde ; il arrange bien du monde en proposant un moyen de transport pas cher et, au fond, après avoir tiré des tonnes toute la journée sur le goudron, je suis sûr que celui-là, il ne viendra nous braquer pendant la nuit.

L’interdiction de circulation des scooters et motos ! Alors celle-là, il fallait l’inventer. « j’aimerais bien le connaître, le sorcier pourri, qu’arrête pas, d’faire tomber la pluie » dit la chanson de Bashung. Ben, nous aimerions bien le connaître celui qui a pondu un truc pareil. C’est, ni plus ni moins qu’une privation des libertés individuelles. Un pur acte d’exercice du pouvoir façon monarchie autoritariste. La vraie question est pourquoi ? Les deux roues créent des embouteillages ?? Ça n’a pas de sens. Les deux roues sont dangereuses pour la sécurité ?? Les motards ne sont pas des assassins. Les jeunes qui se sont économisé 500 000 Ariary pour s’acheter un scooter d’occasion qu’ils réparent chaque jour, non plus. Ils veulent juste aller au travail ou faire leur course comme tout le monde.

Et évidemment, interdiction de circulation des taxi be dans la zone Ivato.  Faudra acheter des chaussures aux usagers, parce qu’il faudra bien qu’ils aillent au boulot… mais pas en tongs. 😉

Un déplorable grand cafouillage.

À une semaine à peine du sommet, tout le monde s’affole. Cela devait une fête du vivre ensemble, mais il semble bien que, pour nos dirigeants, tous ces Malgaches dans les rues, ça gêne.
On nous dit qu’une réunion aura lieu se jour pour mettre au clair les vraies décisions. Espérons que les bons esprits sauront raisonner ces grands esprits qui ne savent plus où se mettre et comment cacher leurs concitoyens.

On se demande bien d’ailleurs comment ils vont pouvoir faire appliquer ces interdictions « ne-venez-pas déranger-notre-fête-de-riche ». Ils se sont même construit des routes spécialement pour aller à l’aéroport. On peut être que content de les avoir, mais il y a bien d’autres routes à faire qui auraient bénéficier à tout le monde et pour longtemps. Tiens à ce propos, autre rumeur : la fameuse route d’Ivato par Tsarasoatra, ne serait pas finie. Il manquerait la couche de finition ?! Du coup, ils ne l’ouvrira que pour la francophonie. Elle serait refermée ensuite. Rumeurs quand tu nous tiens…

 

Si toutes ces mesures s’avèrent véritables, ils ne nous restent plus qu’à descendre tous, en tongs, en scooter au salon de la Francophonie, histoire de leur donner une leçon de vivre ensemble. En tout cas, ça commence à nous faire moins rire, ce sommet qui n’intéresse que ceux qui ont pu déjà s’enrichir avec. Pour nous, citoyens, il nous restera à subir les contrôles d’identité et à passer aux petits koly koly avec nos amis fonctionnaires de la sécurité.

 

Related posts

*

Top