Photos traumatisantes : le ministre met en garde.

communiqué ministre de la communication

Harry Laurent Rahajason, ministre de la communication, réagit à la parution dans Midi Madagascar d’une photo d’une victime membres et tête coupée. Des photos de cette femme mutilées ont déjà circulé, le jour précédent la Une du dit journal, sur les réseaux sociaux. De telles manifestations de voyeurisme déplacé à la conquête de « Like » ou dans un but commercial sont à condamner fermement. La liberté d’expression n’est pas honorée par des démarches aussi scandaleuses qui exploitent l’horreur et l’extrême détresse.

Loin de nous l’idée de se raccrocher à des valeurs morales tant la morale n’est jamais bonne conseillère puisque subjective et interprétée par chacun comme bon l’entend.

Cependant, si nous voulons placer au cœur du débat public et valoriser la liberté de la presse et d’expression pour protéger le droit à l’information jusqu’aux lanceurs d’alertes, nous nous devons d’un exercice noble des métiers de l’information, pour les professionnels, autant que d’un principe de respect quand nous partageons certains faits à titre plus privé.

La retenue est de rigueur avant de livrer l’horreur à la publication. Publier n’est jamais un acte anodin. Il n’y a qu’à constater l’impact néfaste de certains « fake news » pour s’en convaincre.
Au-delà du principe déontologique qui relève du bon sens, ne donnons pas aux politiques le bâton pour nous faire battre. Ne leur offrons pas les arguments pour nous amputer de notre droit de parler, d’informer. Mettons tout en œuvre pour conserver notre liberté sur la base d’une attitude digne.

 

 

Ci-dessous une copie du communiqué du ministre de la communication. Cliquez dessus pour agrandir.

 

Related posts

*

Top