Malaysia Airlines : malédiction ou provocation russe ?

Jeudi 17 juillet, le vol MH17 de la Malaysia Airlines s’est écrasé dans l’est de l’Ukraine, prêt de Doniesk, dans la zone détenu par les pro-russes. Selon les dernières informations, l’avion aurait été touché par erreur, par un missile sol-air. Le bilan provisoire est lourd : 283 passagers et 15 membres d’équipages.

Le décompte morbide.

Le Boeing 777 malaisien a décollé d’Amsterdam à 12h00 (heure des Pays-Bas). Il devait arrivé à Kuala Lumpur le 18 juillet à 6h00. 298 personnes à bord. Selon les dernières informations, le détail par nationalité serait : 173 Néerlandais, 44 Malaysiens (dont 15 membres d’équipage), 27 Australiens, 12 Indonésiens, 9 Britanniques, 4 Allemands, 4 Belges, 3 Philippins, un Canadien et Néo-Zélandais. Reste 21 passagers en cours de vérification.

Une boite noire aurait été retrouvée sur le site par les secouristes sur place. Les rebelles pro-russes qui contrôlent cette région assurent laisser l’accès libre à la zone du crash pour les secours et enquêteurs. Les agriculteurs et mineurs de la région s’organisent pour retrouver les corps. Seule une trentaine a été retrouvé pour l’instant. L’avion volait à environ 800 kilomètres et a 10 000 mètres d’altitude. Les débris s’étalent sur 16 kilomètres carrés à peu prêt dont une grande partie dans des zones pavillonnaires.

Les Russes impliqués ?

Tant dis que Ben Ki Moon demande une enquête et qu’Obama déclare vouloir mettre tout en œuvre pour trouver la vérité, Ukrainiens, indépendantistes pro-russes et russes se rejettent la faute. Au départ, dans l’après-midi d’hier, les pro-russes annonçaient avoir abattu un Antonov militaire. Information très rapidement reprise par les informations russes. Puis, ils se sont rétractés en constatant l’horrible méprise. Tout semble donc accusé les séparatistes Ukrainiens. Cependant, le type d’équipement utilisé serait particulièrement sophistiqué et le lieu du drame se situe à moins de 50 kilomètres de la frontière russe.

L’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) annonce une réunion d’urgence à 12h30. Angela Merkel appelle à un cessez-le-feu immédiat. Les propos de Poutine ne semblaient pas très clairs, et son regard dans le vide, fuyant lors de son explication, n’était pas très rassurant. Le SUN, quotidien britannique titre « Le missile de Poutine »… Cela en dit long. Toujours est-il que, même si ce n’est pas les Russes qui ont tiré le missile, c’est eux qui ont armé les séparatistes avec ce type d’équipement.

La malédiction.

La Malaysia Airlines se taille une bien triste réputation ces derniers mois. Le 8 mars dernier, la disparition toujours inexpliquée du vol MH370 avec ces 239 personnes à bord avait défrayé la chronique. Toutes les hypothèses ont été lancé à ce propos, notamment à cause de la présence à bord d’experts en « dissimulation » d’avion sur les radars. Cette fois-ci, c’est un expert mondial en recherche contre le SIDA. Le docteur et d’autres experts se rendaient à un colloque à Melbourne.

La compagnie pourrait ne pas survivre a ce deuxième crash. Son action a déjà perdu 10% dans la matinée. La Malaysia Airlines, détenue à 70% par un fond de l’état, a déjà subi de lourdes pertes : plus de 257 millions d’euros en 2013. « Dans l’histoire de l’aviation, il n’y a jamais eu une compagnie qui traverse deux catastrophes en l’espace de quatre mois. On ne peut donc pas s’appuyer sur le passé pour imaginer qu’elle puisse s’en sortir », a déclaré Mohshin Aziz, analyste chez Maybank Investment Bank, à l’agence Dow Jones Newswires. La méfiance des passagers risque d’être à son comble pour ne pas arranger, même si la compagnie n’est pas impliquée directement dans ce deuxième crash.

Évidemment, notre première pensée est pour les passagers du vol et leur famille ou proche. Ce drame terrible nous rappelle que aussi que l’Homme et la technologie sont capables du meilleur comme du pire. Rappelons qu’à cette heure, aucune information ne permet d’affirmer qu’il s’agit d’un missile lancer par un BUK. La plupart des compagnies aériennes n’avaient pas interdit le survol de cette zone.
Authors

*

Top