Macron 65,5% : fier d’être français

MACRON président

MADAGASCAR  (résultats BV consulat) Macron : 85,3% : Le Pen 14,6% ; Antananarivo Macron 88,7%

IPSOS, FRANCE : Macron = 65,5 % ; Le Pen = 34,5% (dimanche 7 mai 2017, à 21H00, heure de Madagascar).
C’est une grande victoire pour la république et pour une France de conquête qui est signée ce dimanche 7 mai 2017 par le peuple français. Un moment historique puisque nous n’avons jamais été aussi près d’une accession au pouvoir du Front National qu’il faut mettre au crédit de la colère face aux difficultés économiques et à un horizon devenu incertain pour beaucoup de nos compatriotes.

Un réveil de nos valeurs et du rayonnement de la France.

Ce n’est pas uniquement Emmanuel Macron qui a gagné, mais la France, l’Europe et dans une certaine mesure le monde. Notre pays y exprime une fois de plus sa singularité face à une tendance vers le repli : Trump, Brexit, Erdogan, Poutine, etc, sans vouloir pour autant les placer obligatoirement sur le même plan. La cinquième république a souvent fait valoir la voix diplomatique de la France, attachée à son indépendance et à la diffusion des principes issus des Droits de l’Homme.
C’est aussi cet éveil que devra soutenir notre président, le nouveau gouvernement et les futurs législateurs en charge de transformer notre pays pour lui redonner le sens de l’espoir, de l’innovation et de cette digne ferveur à incarner la voix du renouveau, de la justice, du respect des peuples.

Une révolution en marche.

Emmanuel Macron en a fait le titre de son livre de candidat, mais force est de reconnaître que, face aux Front National et aux risques d’enfermement de la France, c’est une révolution qui est en marche à travers l’éveil d’un peuple face à son destin. Une révolution à transformer dans les actes, certes, mais la crainte a ravivé la flamme de l’espérance.
La première victoire d’En Marche! est sa faculté d’avoir fait venir à la politique des centaines de milliers de Français qui ne se reconnaissaient dans l’offre PS, UMP-LR, mais attachés à la république. De cet élan émergera de nouvelles personnalités et, certainement, une nouvelle façon de faire de la politique, avec peut être un petit temps de « calage » au début, mais animé par une volonté d’agir, de transformer, de porter un projet.
Cette révolution citoyenne puise du sens dans le paradoxe français : une des nations les plus performantes du monde, mais un sentiment de peu mieux faire, d’atouts gâchés et d’inefficacité présumée des élus, bien vite pris pour bouc émissaire. Gouverner est devenu un exercice particulièrement difficile. Dans notre cas, c’est le choix de l’espoir qui s’exprime face à celui du renoncement.

Une grande victoire, mais une lourde responsabilité.

Macron Président, c’est fait. La joie et la fête pour les supporters du jeune leader. Une déception pour les porteurs du projet adversaire. Et un devoir de rassembler et de ne pas décevoir. L’état de grâce sera très court. Le Hollande bashing risque d’être une pâle répétition face au Macron bashing. Les attentes sont conséquentes et notre président fait office de dernière chance. « Ça bouge ou ça casse ». Le changement est cette fois-ci confronté à une obligation de résultat.
Les chances ne seront pas plus grandes pour autant. Les mêmes paramètres mondiaux : terrorisme, tensions internationales, croissance faible, chômage de masse, etc. Une vraie face nord qui peut coûter très cher et qui nécessitera la participation de tous, et un peu de patience, pour espérer avoir de bons résultats rapidement.
Macron doit agir vite, car le quinquennat est court. Très court. Sans résultats concrets, il n’y aura pas de seconde chance : le FN aura un boulevard sans ombre devant lui.

Législatives : le grand défi.

Les grands partis sont déjà à l’affût pour se refaire une jeunesse et rebriller face au mouvement du jeune président. Leur objectif est clair : profiter de l’avantage au cœur des collectivités territoriales et député sortant pour imposer une cohabitation désastreuse au pays. Cette cohabitation serait un coup de sabre dans l’élan populaire suscité par Emmanuel Macron et plongerait la France dans une situation lourde de conséquences.
Macron doit pouvoir s’appuyer sur une majorité aux législatives pour mettre en œuvre son programme. Entre les tires Mélenchonnistes, PS, LR et FN qui souhaitent tous leur revanche, ce sera difficile. En Marche ! devra redoubler d’énergie et rester souder.

Fier d’être Français et européen.

En cette heure de victoire pour la France et contre le Front National, nous sommes fiers d’être français et hissons le drapeau tricolore très haut dans le ciel. Oui, on peut être fier de notre peuple qui a su réagir en marquant son identité. Nous ne choisirons pas le clan de l’obscurantisme, du repli, du populisme, ou du nationalisme dévastateur. Nous restons dans l’Europe la tête haute.

Authors

*

Top