Corruption VS Artec : 0 -1 pour Artec, Michel Barré, ex DG d’Orange, viré !

Orange Madagascar, Artec

Suite à un litige entre Orange Madagascar et l’Artec d’une part, et aux déclarations de Michel Barré concernant la corruption à Madagascar, l’ex-DG d’Orange Madagascar a été rappelé à Paris  il y a quelques jours. La nouvelle est annoncée ce 20 mai par Africa Intelligence : le conseil d’administration de la société de télécommunication a nommé un nouveau DG le 18 mai.

L’ARTEC : l’autorité comme mode de régulation.

Dans un courrier officiel de l’Autorité de régulation des technologies de communication (Artec), daté du 6 mai 2016 et signé du Président du Conseil d’Administration, Monsieur Rakotomalala Jean Andriamaro, à propos du renouvellement et mise en conformité de la licence d’Orange Madagascar, il est clairement écrit : « Nous vous faisons par ailleurs remarquer que le Directeur général Actuel d’Orange Madagascar n’est désormais plus un interlocuteur souhaité, ni pour l’Artec, ni pour les Autorités de tutelle du secteur ». En parlant de Michel Barré et du Ministre des Télécommunications*. Des mots durs, cinglants qui laissent peu de place à concertation. L’Artec, en bras armé de *Neypatraiky Rakotomamonjy,  au service de l’autorité et bien loin des nouvelles technologies.

Au cœur du litige, le renouvellement de la licence télécom d’Orange arrivée à échéance le 12 avril 2016. Selon Orange, la société a bien effectué le règlement de la totalité du montant à payer pour ce renouvellement, soit 27 milliards d’ariary (environ 8,6 millions d’Euros) pour 10 ans. Un an après, Orange n’aurait toujours pas reçu sa licence contrairement à ses deux concurrents Airtel et Telma. Le dossier se perd ensuite en « plat de nouilles » inexplicable autour de « détails techniques ». Les mystères insondables des arcanes de la bonne gouvernance version malagasy si l’on s’en fit à la réaction de Michel Barré.

Barré, viré ; Bohé, le retour, sur fond de corruption.

Le 4 avril dernier l’ex DG d’Orange dénonçait la corruption à Madagascar : « Elle touche tous les secteurs de l’administration et de l’économie, y compris les télécommunications ». Toujours selon Barré, l’Artec utiliserait le prétexte d’une interdiction d’investir dans les réseaux de transmission à haut débit en fibre optique – apparemment non-compris dans la licence originale – pour faire monter les enchères. Une technique bien connue des mécanismes de corruption administratif : on trouve un prétexte pour expliquer que telle ou telle chose n’est pas possible pour exprimer diplomatiquement que, sous condition d’une « petite valope » (enveloppe) miracle les responsables administratifs vous rendra un sérieux service en arrangeant l’affaire pour vous. LOL.

L’ex-DG a même frappé fort dans ces déclarations : « il est également vrai que l’un des plus hauts dirigeants du pays a vu son patrimoine immobilier augmenter de façon significative au cours des deux dernières années » ! En clair, depuis l’élection du nouveau Président. Comprenne qui pourra.

Toujours est-il que ce 18 mai, toujours selon Africa Intelligence, le conseil d’administration d’Orange Madagascar a nommé Jean-Luc Bohé au poste de DG et Jean-Marc Vignolles comme nouveau PCA. Jean-Paul Cottet, l’ex PCA, ayant pris sa retraite.

Jean-Luc Bohé n’est pas un inconnu à Madagascar. Il avait déjà occupé ce poste de 2007 à 2012 avant d’être nommé au Mali. Retour précipité pour mettre à la tête de la filiale malgache un homme déjà rodé aux particularités locales ?

 

Toujours est-il que les résolutions du nouveau premier ministre mettant en tête de son action, la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption, semblent bien loin. « Les bonnes résolutions sont des chèques tirés sur une banque où l’on n’a pas de compte courant. » disait Oscar Wilde dans Le Portrait de Dorian Gray.

 

Related posts

*

Top